Présenté au sein de la Quinzaine des Réalisateurs au dernier Festival de Cannes,
où il fut couronné du prix de la SACD, ce magnifique long du cinéaste belge Olivier
Masset-Depasse mérite amplement l’attention du public romand, ne serait-ce que par
la gravité extrême des thématiques qu’il aborde de manière frontale. Une manière,
également, de faire écho à la situation dramatique souvent méconnue que connaît
notre propre pays, dont les ressemblances avec la Belgique filmée participent d’un
sentiment tenace de déjà-vu.

Tania et son fils Ivan, russes clandestinement immigrés en Belgique, vivent dans
l’insécurité et la peur du renvoi. En situation irrégulière, mais parfaitement intégrés,
ils s’en sortent plutôt bien, jusqu’au jour où Tania est arrêtée par la police lors d’un
contrôle de routine et qu’Ivan, 13 ans, prend la fuite en emportant le sac de sa
mère. Emmenée dans un centre fermé pour sans-papiers, Tania va dès lors devoir
endurer les affres de l’isolement et la terreur du renvoi forcé dans cette prison où
croupissent celles et ceux dont le pays n’aura pas voulu. Confrontée à l’indifférence,
à la haine, puis à la violence, Tania finira par en réchapper, marquée à vie par un
emprisonnement abusif conclus sur un tabassage abominable.

« Illégal » permet avant tout de s’interroger sur le bien-fondé des pratiques
appliquées en Europe quant aux cas problématiques liés à l’immigration clandestine :
à l’issue du film, la question de savoir si l’épithète « illégal » s’applique aux sans-
papiers ou au système qui « prend soin d’eux » apparaît cruciale. Mais Olivier
Masset-Depasse nous rappelle surtout que, malgré les efforts entrepris dans de
nombreux pays, y compris la Suisse, pour tenter de réguler l’immigration, il est tout
simplement impossible qu’un renvoi se déroule bien.

Illégal
D’Olivier Masset-Depasse
Avec Anne Coesens, Essé Lawson
Agora
Sortie le 24/11/10

Luca Da Pare © Daily Movies / Novembre 2010